Message d’information de mai 2018

Chers compatriotes

Chers concitoyens de la circonscription,

voici quelques informations-de la dernière réunion de l’assemblée des Français de l’étranger qui s’est tenue en mars. Bonne lecture.

L’administration a présenté les détails d’une réforme importante à laquelle vous devez être préparés et qui concerne les modalités de vote des Français de l’étranger. Il y aura désormais une seule liste électorale gérée en France au niveau national dans laquelle la circonscription de Francfort sera considérée comme une collectivité, comme votre commune de rattachement si vous voulez. Or, il est interdit d’être inscrit dans deux communes. Si vous êtes inscrits pour voter à Francfort, vous serez rayés des listes de toute autre commune française avec les conséquences que cela entraîne sur votre participation, par exemple aux élections municipales dans votre ancienne commune de résidence. Si vous êtes inscrits aujourd’hui sur la liste électorale à Francfort, et que vous ne dites rien avant le 31 mars 2019, vous serez donc automatiquement rayé de votre liste électorale éventuelle en France.

Attention : être rayé de la liste électorale consulaire ne signifie pas être rayé du registre consulaire. Cette inscription administrative reste notamment requise pour un certain nombre de procédures, telles que les documents d’identité ou l’accès aux bourses. Vous devez donc continuer à mettre à jour cette inscription.

Dans le même ordre d’esprit, une deuxième réforme, prospective cette fois, devrait toucher la représentation des Français de l’étranger : la réduction du nombre de parlementaires actuellement discutée ne manquera pas d’impacter le nombre et le découpage des circonscriptions des députés et que nous élisons à l’Assemblée nationale (11 actuellement dans le monde entier), ainsi que le nombre des sénateurs qui nous y représentent (12 actuellement). Les chiffres précis ne sont pas encore arrêtés mais il est clair qu’ils vont reculer.

J’estime donc nécessaire de veiller à maintenir par le biais de l’Assemblée des Français de l’étranger, une représentation spécifique des Français établis à l’étranger. La nature de nos besoins et la diversité de nos situations exigent un cadre local/régional dédié en dessous du niveau de parlement national, comme en dispose l’ensemble des Français avec leurs collectivités locales.

Un petit mot sur les effets financiers de la volonté du gouvernement de freiner l’endettement. Le recul très médiatisé des crédits affectés, notamment, à l’enseignement français à l’étranger sous toutes ses formes, et à la fois regrettable et pénalisant (même si notre circonscription a été relativement épargnée). Il est cependant illusoire d’espérer voir ses crédits remontés de manière sensible au cours des prochaines années. L’objectif prioritaire est donc de clarifier avec l’État ce qu’il entend faire avec le budget à sa disposition. Cette réflexion qui concerne à la fois l’enseignement mais également l’action culturelle et bien entendu la présence consulaire dépasse le simple cadre de la comptabilité. Elle exige aussi une stratégie afin que les besoins satisfaits par le système actuel ne soient pas supprimés sans alternative adéquate, viable et durable.

Je reste à votre disposition, pour de plus amples informations. N’hésitez pas à nous contacter à newsletter@mieux-vivre-en-allemagne.de

Je vous souhaite un agréable mois de mai sous le soleil.

Jean-Marie Langlet

Conseiller Consulaire (2e circonscription d’Allemagne)
Conseiller à l’Assemblée des Français de l’Étranger